Depuis 5 mois, la colline boisée de Colombey, de laquelle s’élève fièrement la Croix de Lorraine, fait l’objet d’interventions paysagères significatives. Ces opérations s’inscrivent dans le cadre d’un projet global de valorisation patrimoniale (paysagère, écologique et historique) de ce site classé et emblématique.

Conçu et conduit par l’Office national des forêts (agence Études Bourgogne–Champagne-Ardenne), en étroite concertation avec l’ensemble des acteurs du site (Fondation Charles de Gaulle, Conseil départemental de Haute-Marne, SME du Mémorial Charles de Gaulle, commune de Colombey-les-Deux-Églises, ainsi que l’Inspectrice des sites de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) et l’Architecte des Bâtiments de France en vertu du contexte de site classé), ce projet paysager s’articule autour de trois axes principaux :

  • L’amélioration des conditions de visibilité de la Croix de Lorraine depuis la route RD619 de Bar-sur-Aube, axe perceptif cher à Yvonne de Gaulle ;
  • La requalification paysagère des abords de l’ancien mémorial et de la Croix de Lorraine avec la mise en sécurité du public (expertise sanitaire du patrimoine arboré de l’ensemble du site) ;
  • L’aménagement d’un sentier d’interprétation sur la colline, permettant de découvrir les richesses patrimoniales dont dispose le site, ainsi que les relations étroites qu’entretenait le Général avec la Nature.

Ce printemps 2017 marque la concrétisation de cet ambitieux projet :

  • La Croix de Lorraine surmonte désormais avec autant de puissance que d’élégance la canopée de la colline, conformément aux prescriptions de l’étude paysagère conduite en 2014 (recours aux proportions du Nombre d’Or) ;
  • Les abords de l’ancien mémorial et de la Croix, libérés de leurs mobiliers vétustes et de leurs haies résineuses opaques, ont aujourd’hui retrouvé un environnement lumineux, sobre, serein et ouvert sur les paysages sous-bois forestiers qu’affectionnait tant le Général ;
  • La colline tout entière, y compris ses plantations historiques de Cèdres du Liban, s’ouvrira très prochainement au public via un sentier d’interprétation jalonné par 10 étapes. À chacune d’elles, le visiteur pourra, avec une double approche écologique et historique, décrypter le paysage qui se dévoile sous ses yeux.

La faune et la flore sauvages de la colline boisée de Colombey constituent l’un des piliers des valeurs et de l’attrait de ce site exceptionnel ; ce printemps 2017 leur permet d’ailleurs une expression remarquable !

Alors venez, vous aussi, à partir du 8 juillet 2017, découvrir les richesses patrimoniales qu’héberge la colline boisée de Colombey et marcher sur les pas du Général, grandeur nature !

Les sols calcaires et marneux de la colline boisée de Colombey permettent l’expression d’une flore diversifiée, représentative de celle des plateaux calcaires du Barrois.

Plusieurs orchidées sauvages constellent ainsi les sous-bois et les pelouses : Orchis pourpre (Orchis purpurea), Céphalanthère de Damas (Cephalanthera damasonium), Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis), mais aussi Grande Listère (Neottia ovata), Ophrys mouche (Ophrys insectifera), Platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia)…

Fait à Langres, le 01/06/2017

Mirham Blin
Chef de projets Paysage et Milieux naturels
Agence Études Bourgogne–Champagne-Ardenne
Office national des forêts

Comments are closed.