convention_mncdg_z

Tout en restant la propriété de la Fondation Charles de Gaulle, la Maison natale Charles de Gaulle devient un équipement culturel du Département du Nord. Une convention de partenariat et de mise à disposition devait être signée à Lille ce 18 juin 2014 entre la Fondation Charles de Gaulle et le département du Nord.

Discours de M. Marc Fosseux, Secrétaire général de la Fondation Charles de Gaulle, à l’occasion de la signature de la convention de partenariat avec le département du Nord pour la mise à disposition de la Maison natale (Lille, 18 juin 2014).

Monsieur le Président du Conseil général,
Monsieur le Maire,
Mesdames, Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs,

Je salue en particulier les amis fidèles de la Fondation Charles de Gaulle et de la Maison natale et présente les excuses du sénateur Jacques Legendre qui ne pouvait être présent.

1. Rappel sur la Maison natale depuis que la Fondation en est la propriétaire et sur la richesse qu’elle représente et le potentiel pour la métropole lilloise, le département du Nord, son rayonnement historique et culturel

Depuis sa création, la Fondation Charles de Gaulle est très attachée à la Maison natale.
L’Institut Charles de Gaulle, qui a précédé pendant une vingtaine d’années la Fondation, a acquis cette maison, qui n’était plus dans la famille du général de Gaulle depuis 1947, en 1971, c’est-à-dire l’année même de sa création, quelques mois seulement après la mort du Général de Gaulle.
Ouverte partiellement au public en 1983, un patient travail de remise en état et en particulier de réameublement, effectué en 1995, permet de s’approcher le plus possible de l’état dans lequel le jeune Charles de Gaulle avait connu cette maison.
La Fondation a ensuite décidé d’entreprendre d’importants travaux, ce qui a nécessité de fermer la Maison natale à la fin des années 1990. Ces travaux, qui ont pu être réalisés avec le soutien de nombreux partenaires dont l’Etat, l’Europe et les collectivités territoriales (ville et métropole de Lille, département, région), ont conduit à une transformation importante, avec une augmentation significative des surfaces d’exposition, la création d’un espace multi-média et de l’auditorium ainsi que de la bibliothèque pour les enfants.
A partir de sa réouverture en 2005, la Maison natale a pu accueillir un nombre croissant de visiteurs, en particulier de groupes scolaires. Ce sont désormais entre 12 et 14 000 visiteurs qui visitent la Maison natale chaque année.
La Maison natale est de plus en plus intégrée dans les parcours de visite touristique, et est devenue en quelques années un lieu d’intérêt au cœur de la ville de Lille. C’est un lieu chargé de souvenirs, d’évocation de ce qu’était la vie d’une famille comme celle des grands-parents maternels de Charles de Gaulle. D’emblée, le visiteur y retrouve une atmosphère familiale, presque familière, dans ces lieux qui n’ont pas en soi de caractère historique puisque le jeune Charles de Gaulle qui jouait ici avec ses frères et sœur ou ses cousins pendant ses vacances chez sa grand-mère n’était pas encore un personnage faisant l’Histoire. Mais il avait déjà un destin, et Lille, la maison de la rue Princesse, ont compté dans la formation de ce jeune homme promis à un destin d’exception.

2. Les raisons qui ont conduit la Fondation à souhaiter s’associer avec le département du Nord pour la gestion de la Maison natale

Pourquoi la Fondation, qui assumait seule la responsabilité de l’exploitation de la Maison natale, a-t-elle souhaité s’associer avec le département du Nord ?
L’attachement très fort des habitants de la métropole et du Nord pour la Maison natale s’est manifesté par le nombre de visiteurs, l’importance croissante des groupes d’enfants et de jeunes qui viennent dans ces lieux, ainsi que par le soutien réaffirmé des collectivités locales, sans oublier le rôle toujours important et décisif de la presse régionale qui nous a toujours ouvert ses colonnes et que je tiens particulièrement à remercier.
Ensemble, nous partageons la conviction que la Maison natale possède un potentiel important qu’il convient encore de mettre en valeur.
Nous nous sommes retrouvés pour dire que ce potentiel serait mieux mis en valeur si la Maison natale était davantage insérée dans tout un réseau local de partenaires, de structures dédiées au tourisme, d’interlocuteurs professionnels travaillant en réseau, échangeant les bonnes idées, les bonnes pratiques, s’aidant mutuellement, construisant ensemble des projets. L’insertion de la Maison natale dans le tissu local avait déjà beaucoup progressé, grâce notamment à la petite équipe dynamique qui la fait vivre avec beaucoup de dévouement et d’imagination. Mais il nous a semblé que cela serait grandement facilité si nous faisions partager l’ambition que nous avons pour la Maison natale à un partenaire important du point de vue des possibilités d’action et engagé dans une stratégie de développement culturel et touristique.
Le département du Nord est apparu rapidement comme le partenaire que cherchait la Fondation. Je remercie à cet égard le président Bruno Bonduelle qui a joué un rôle essentiel dans ce rapprochement.
Monsieur le président Kanner a d’emblée montré son intérêt personnel pour un partenariat qui se concrétise donc aujourd’hui, et je l’en remercie chaleureusement au nom du président de la Fondation, Jacques Godfrain, et de tous mes collègues du conseil d’administration de la Fondation.
Qu’est-ce que ce partenariat implique concrètement ?
Le département assume depuis le 1er janvier et pour une période de cinq ans renouvelable l’entière responsabilité de l’exploitation de la Maison natale. Cela permettra d’intégrer ce qui se fait ici à la Maison natale dans l’ensemble de la politique culturelle du département, et de faire profiter la Maison natale des moyens de promotion mobilisés par les organismes chargés du tourisme.
La Fondation reste propriétaire des lieux. Mais elle reste plus que cela. Elle veille à la qualité de ce qui est présenté au visiteur, à l’intégrité non seulement des meubles et objets qui s’y trouvent et dont elle est également la propriétaire, mais aussi de l’esprit de cette Maison. Elle participe à la programmation des expositions, et garantit, grâce à son conseil scientifique composée des plus grands historiens de l’histoire politique française du 20e siècle, le sérieux et la rigueur de tout ce qui est et sera présenté ici. Un comité associant le département, la Fondation et des personnalités indépendantes suivra les activités de la Maison natale.
Naturellement, celle-ci demeure ouverte à tous, y compris aux associations qui souhaitent honorer la mémoire de l’homme du 18 Juin, dès lors que le caractère non partisan des lieux est respecté. C’est dans cet esprit que la Fondation a accueilli les visiteurs depuis plus de trente ans, et je suis sûr que la nouvelle gestion perpétuera cette tradition. La Fondation y veillera.

3. La signification du 18 juin et le rôle de De Gaulle dans la libération de la France

Votre souhait, Monsieur le Président, de solenniser cette signature en ce jour du 18 juin n’est pas dû au hasard et je vous en sais gré. La Fondation Charles de Gaulle participe ce même jour à trois cérémonies du 18 juin : à Lille ce matin, au Mont-Valérien cet après-midi en présence du Président de la République, à Colombey-les-deux-églises ce soir.
Le 18 juin est la date fondatrice de toute l’action du Général de Gaulle de 1940 à 1969. Elle est devenue l’une des trois dates les plus importantes de l’Histoire moderne et contemporaine de la France avec le 14 juillet 1789 et le 11 novembre 1918. L’histoire de la Libération, dont nous célébrons cette année le soixante-dixième anniversaire, n’aurait pas été la même sans le 18 Juin. Le 18 juin, De Gaulle est un homme seul, qui s’apprête à traverser l’océan à la nage. Mais son fameux appel de Londres incite des Français de plus en plus nombreux à le rejoindre, notamment des jeunes. Dans cette région du Nord, durement éprouvée par les combats de mai-juin 1940, puis par un régime d’occupation très sévère, l’appel à la Résistance n’est pas resté sans écho, et l’on connaît les sacrifices de nombreux fervents patriotes nordistes pour la libération du territoire. Les massacres perpétrés par les nazis, je pense à celui d’Ascq, aux fusillés de Lille, de Seclin, de Bondues, de Valenciennes, d’Arras, en sont le témoignage.
Le refus initial du déshonneur, l’affirmation face à Pétain de la légitimité d’un homme incarnant la France poursuivant le combat, l’action obstinée pour créer, fédérer, unir les forces de tous ceux qui se sont levés face à l’agression nazie, tout ceci a permis qu’ en 1944-1945 la France recouvre sa souveraineté, rétablisse par elle-même l’Etat républicain, soit admise à la table des vainqueurs. La Fondation Charles de Gaulle prépare une exposition consacrée à la Libération et intitulée : « Le rétablissement de la souveraineté nationale, de l’autorité de l’Etat et de la légalité républicaine ». Cette exposition, qui a reçu le soutien du Premier ministre, sera présentée d’abord à Paris à la fin de l’été, puis dans les grandes villes françaises. J’espère qu’elle pourra l’être à Lille, ici à la Maison natale, ce qui sera l’occasion de rappeler la visite historique du Général dans Lille, sa ville natale, qui venait d’être libérée, et où le chef du gouvernement provisoire de la République venait rétablir les institutions et les lois de la République.
Le 18 juin n’aurait pas été possible sans Winston Churchill. C’est lui qui a permis que De Gaulle s’exprime à la radio de Londres, qui l’a reconnu comme chef des Français libres, qui lui a assuré le soutien du Royaume-Uni tout au long de la guerre, malgré les hauts et les bas de leur relation. Le musée de l’Armée à Paris prépare avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle une grande exposition De Gaulle-Churchill pour la période d’avril à juillet 2015. Je sais, Monsieur le président, que vous êtes désireux d’accroître le nombre de visiteurs provenant de pays voisins, notamment d’Angleterre. Monsieur le président Bonduelle nous a d’ailleurs souvent dit qu’il aimerait que la Maison natale fasse quelque chose pour faire venir les visiteurs anglais. Cette exposition De Gaulle-Churchill constitue une opportunité à ne pas manquer et je tiens à vous dire que le musée de l’armée et la Fondation sont prêtes à étudier avec vous le moyen de présenter cette exposition, certes dans un format différent, ici à la Maison natale.

En conclusion, je tiens encore une fois à remercier le département du Nord, vous M. le président Kanner, pour votre engagement à assurer un nouvel essor à la Maison natale à laquelle les habitants de la région sont tous légitimement attachés. La Fondation Charles de Gaulle reste, je pense vous l’avoir montré, très attentive et impliquée dans cette politique de développement de la Maison natale. Je suis sûr que le choix que nous avons fait d’unir nos volontés, nos moyens et notre vision de l’avenir offrira des possibilités nouvelles pour le rayonnement de la Maison natale Charles de Gaulle dans la région, ailleurs en France en France, et au-delà des frontières.

Comments are closed.